Loading
Quelle est la différence ? Expliquez-moi. Le son du CD est pourtant très net…

Net, oui, mais ceux qui ont goûté au son analogique ne peuvent plus revenir à celui du CD, qui leur apparaît soudain froid, voire glacial, métallique. Vous voyez la différence entre un film en 35 mm projeté au cinéma et un DVD qui passe sur un écran de télévision, n'est-ce pas ? L'image en salle est plus "chaleureuse". Celle qui passe sur la télé est certes très nette, mais plus "froide".
La différence entre l'analogique et son repiquage numérique est un peu du même ordre. L'encodage numérique correspond bien aux musiques électroniques. Mais dès qu'il s'agit de restituer le son d'instruments en cuivre ou en bois, l'analogique n'a pas son pareil. Quand on écoute du violoncelle en vinyle sur un bon équipement, on entend le bois de l'instrument.

… Et aussi le bois qui crépite, je maintiens !

Les crépitements, comme vous dites, c'est une autre histoire. Ils viennent le plus souvent d'un problème de nettoyage. Un microsillon, par définition, n'est pas une surface lisse, donc ces petits sillons s'encrassent. Même si ça ne se voit pas.
magasin 02
Il existe des produits pour les nettoyer, mais l'idéal reste de les faire passer dans une machine spécifique (photo), comme celle que j'utilise au magasin. La différence entre avant et après est souvent spectaculaire.

Et c'est tout ? Avec un disque propre, j'aurai un son limpide ?

À condition d'avoir un bon équipement, ce qui n'est pas une mince affaire : j'organise régulièrement au magasin des séances d'écoute de nouveau matériel, enceintes, ampli, préampli, cellule… Chacun de ces maillons a un rôle essentiel à jouer. Même la qualité des câbles y est pour quelque chose ! Mais sans devenir obsessionnel du matériel hi-fi, il y a une consigne toute simple que n'importe quel amateur de vinyle devrait appliquer : ne pas écouter des disques mono avec une cellule stéréo. Et réciproquement.
magasin 02
Pourquoi ?

Pour simplifier, je dirais que les sillons ne sont pas les mêmes : ils n'ont ni la même forme, ni la même largeur, ni le même type de gravure. On a souvent tendance à écouter tous les disques avec une cellule stéréo, donc équipée d'un diamant de 17 microns, alors qu'une lecture fidèle des sillons mono nécessite une taille de diamant de 25 microns. Résultat ? On a l'impression que le disque mono est abîmé, le son est alors distordu et le bruit de surface excessif. Bref, c'est un peu technique, tout ça, mais le résultat, c'est que le disque "craque". Mais ce n'est pas une fatalité. Je rassure souvent mes clients en leur disant qu'une qualité de son altérée sur leurs disques ne signifie pas qu'ils soient tous fichus...


Cliquez pour visiter le magasin >> Conversation avec Rémi <<(page 1) (page 3) >>