Loading
accessoires
..................................

câbles
..................................

divers
..................................

enceintes
..................................

électroniques
..................................

cellules phono
..................................

lecteurs CD
..................................

machine à nettoyer
..................................

meubles
..................................

nouveautés
..................................

platines vinyles
..................................

préamplis phono
..................................

sources
   numériques
   analogiques
..................................

La preuve par Thales

Aujourd’hui, plus personne ne contestera le « retour à l’analogique », amorcé il y a une quinzaine d’années par quelques esthètes résistants et devenu un véritable phénomène de mode ces derniers temps, au point que l’on pourrait faire passer un électrophone pour la source ultime. Il restera toujours cependant quelques esprits supérieurs (ou chagrins) pour suspecter « le retour du vinyle » de syndrome nostalgique et pour soutenir que la lecture analogique accuse un certains nombre de tares rédhibitoires : compression, tassement de la dynamique, coloration due à l’entraînement par courroie ou au « rumble » généré par l’entraînement par galet, vibrations inhérentes au moteur et au socle de la platine. Tares qui font que ce procédé éminemment archaïque ne pourra jamais rivaliser avec le nec plus ultra de la technologie numérique.

Il n’empêche : qui n’aura pas fait l’expérience d’écouter un disque noir sur une grande platine n’aura pas conscience des trésors qui se cachent au fond des sillons de la précieuse relique.

Plus que de déterrer une énième fois la hache de guerre (bien rouillée) entre analogique et numérique et de relancer l’éternelle querelle des anciens contre les modernes, ce qui me paraît intéressant aujourd’hui, c’est que, depuis trente ans, ces deux technologies continuent de coexister, non pas en parallèle, mais bien en interaction.

Analog Collector - Paris 4e

..........FICHE TECHNIQUE..........

Cellule : Suisse
Dimensions : 43,2 x 10,5 x 31,2 cm
Poids : 18,5 kg pièce
Prix : sur demande

accessoires
..................................

..................................

En effet, les lecteurs de CD/SACD ont connu ces dix dernières années une évolution majeure : ils font, aujourd’hui, de la musique ! (Enfin, pas tous.) Je veux dire par là que, ce que le SACD, le DSD et maintenant la HD apportent au numérique, c’est bien évidemment cette notion de résolution (quantité d’informations extraite du support) que le simple 16 bits des années 1980 n’offrait pas. D’où une certaine dureté dans les aigus (manque de « matière »), une sécheresse et une relative pauvreté du message musical, avec un tassement de la dynamique et un écrasement des plans sonores. Ajouté à cela un medium creusé, et madame Schwarzkopf (comme d’autres) perdirent leur timbre de voix dans le passage de l’analogique au numérique.

Lire la chronique complète sur le blog >>